Bernard Boutet de Monvel (1881-1949)
Etude de scène érotique
Pierre noire sur papier

25 x 30,5 cm

 

Bernard Boutet de Monvel décide très tôt de suivre les traces de son père Maurice, illustrateur et peintre pour enfant. Il entre ainsi en 1897 dans l’atelier de Luc-Olivier Merson, puis complète sa formation en étudiant la sculpture auprès de Jean Dampt et l’eau-forte avec Louis Mc Clellan Potter. Il fait ses premiers pas dans la vie artistique en représentant à l’eau-forte, au crayon ou à l’huile ses proches ou des scènes de la vie de Nemours. Il est vite reconnu pour sa production d’estampes et commence à exposer à la Société nationale des Beaux-Arts en 1903, puis au Salon d’Automne, au Salon des Indépendants et au Carneige Institute de Pittsburgh aux Etats-Unis. En 1908, il est nommé sociétaire de la Société Nationale des Beaux-Arts pour son Portrait flanqué de deux lévriers, et l’année suivante sa première exposition personnelle à la Galerie Devambez lui vaut un vif succès.

A l’aide de la règle et du compas, il met en place un style géométrique original. Cette « peinture rectiligne », pose à travers la figure du dandy, les premières bases de la peinture Art Déco. L’artiste est lui-même considéré comme une icône d’élégance, il contribue au Journal des Dames et des Modes, puis à la Gazette du Bon Ton où ses illustrations paraissent avec celles de Pierre Brissaud, Georges Lepape, Charles Martin et Georges Barbier.

Il participe à la Première Guerre mondiale avant de s’installer au Maroc en 1917 où il reprend ses pinceaux pour peindre les scènes de rue, les paysages et les femmes de Fez, Rabat, Marrakech. De retour à Paris en 1918, Boutet de Monvel reprend sa carrière de portraitiste et d’illustrateur pour Vogue, puis Harper’s Bazar à partir de 1926. Il voyage aux Etats-Unis pour la première fois en 1926 à l’occasion de l’exposition de ses œuvres  aux Anderson Galleries de New-York. Il recoit alors de nombreuses commandes de portraits de la haute société new-yorkaise des années folles. Quand le Krach boursier de 1929 marque la fin de l’insouciance et de la prospérité, il s’attache à peindre la ville entre abstraction et réalisme photographique. Au cours des années 1930, il continue de peindre des portraits new-yorkais et se faire construire à Palm Beach une villa appelée la « Folie Monvel ». De retour en France pendant la Seconde Guerre mondiale, il peint sa célèbre série des bouquinistes sur les quais de Seine à Paris. Il meurt en 1949 lors du crash d’un avion reliant Paris et New-York.

Notre dessin probablement réalisé vers 1940 est un projet d’illustration pour un ouvrage jamais paru. Cette série de dessins et croquis est unique dans la carrière de l’artiste. Elle met en scène deux modèles : Une blonde et une brune dans deux compositions distinctes.

1 500 €