André Devambez (1867-1944)
Comédien en pied, 45 x 19 cm
Gouache et aquarelle sur carton
Signé b.g André Devambez

 

Dès son plus jeune âge, André Devambez dessine des batailles historiques, écrit et illustre ses propres contes, bandes-dessinées et pièces de théâtre. En 1883, il entre dans l’atelier de Gabriel Gay, puis à l’Académie Jullian en 1885, où il reçoit l’enseignement de Benjamin Constant et de Jules Lefèvre. Il assiste également son père dans son activité de graveur et d’imprimeur, Passage des Panoramas à Paris. Après l’obtention du prix de Rome en 1890, il séjourne trois ans à la Villa Médicis entre 1893 et 1896. Au tournant du siècle, l’artiste est connu et apprécié des critiques et du public. Il ne s’assimile à aucun courant artistique contemporain et plait par l’originalité de son style, ainsi que par la fantaisie et l’humour de ses thèmes. André Devambez collabore à plusieurs journaux et illustre des centaines de menus, en-tête de lettres, invitations et programmes, ainsi que quelques œuvres de publicités narratives pour des assurances et produits alimentaires. Il est aussi sollicité pour l’illustration de contes et de légendes, de nouvelles et de romans et pour des évènements de l’actualité.

Devambez aimait beaucoup le théâtre où il allait très souvent pour trouver l’inspiration et peindre. Il travaillait aussi bien dans les théâtres populaires de quartier, comme le théâtre Montmartre, que dans les théâtres de fréquentation bourgeoise, comme le théâtre du Chatelet. Pour l’artiste, le spectacle se trouvait autant sur les planches – à l’image de notre belle gouache - que dans la salle (Ill.1). Représentant un comédien en pleine tirade, notre tableau surprend par son format imposant. Devambez, peintre des « tous petits » avait pour habitude de travailler sur des formats minuscules, en partie par choix et en partie à cause d’une blessure de guerre qui l’empêche après 1914 de peindre debout sur chevalet. Sa taille et sa technique très libre invitent donc à penser que notre œuvre date de la première période de l’artiste, autour des années 1900.

 

Réservé

 

 

Ill.1- Une premiere au theatre Montmartre